22 mai : Néron

Nous avons pu faire une belle traversée des arêtes, ce vendredi, à trois, sans nous presser. Nous avons eu un peu chaud, mais avec deux litres d’eau chacun, c’est passé. Il y a plein de fleurs sur les arêtes, en ce moment, c’est bien mieux qu’en automne.

Yann.

17 mai : Sortie en Chartreuse

La remise en jambe s’est bien passée après ces deux mois de presque non activité. Nous étions cinq touristes au rdv pour 9h00 au col de la Placette. Pour commencer nous rejoignons les trois Fontaines en voiture (760m). Décollage 9h45 pour rejoindre dans un premier temps un petit belvédère face à un très beau cirque (1174m). Nous continuons après une petite pose pour le pas de miséricorde et continuons sur charminelle (1503m). De là direction plein EST pour la cheminée du Lorzier (1787) avec port du casque, attention il est recommandé de le porter car j’ai déjà assisté à de belles chutes de pierres dans ce secteur même avant de prendre pied dans la cheminée (Beaucoup de bestioles au-dessus, chamois , mouflons…).
Casse-croûte à l’abri du vent, face à la Pinéa. Puis descente tranquille en direction du refuge d’Hurtières (1559m) en patinant sur quelques névés. Repetite pose au chalet et enfin nous récupérons la combe de l’Hérétang pour rejoindre notre itinéraire de départ. Retour pour 17h00 au parking. Une belle petite boucle que j’apprécie toujours à faire et à partager.
Donc petite ballade d’environ 1000m faite tranquillement, accompagnée de quelques chamois et bien sûr sans oublier les narcisses, jonquilles, trolles, gentiane, vérâtres….
Denise, Claire, Laurence,Jacques étaient de la partie.

Dédé

3 au 13 mars : Randonnée en Haut Atlas au Maroc

Le Maroc un pays dépaysant qui mérite d’être visité, c’est un constat que j’avais fait il y a 26 ans lors d’un voyage en famille et en Renault 4L (le scorpion du désert).

A l’époque c’est le tour du M’Goun (Oumsoud sur la Carte) que nous avions fait (Marrakech , Meknes , Er Rachidia , Erfoud ,Merzouga aux portes du désert ,Ouarzazate).

Cette fois-ci c’est une traversée Nord-Sud en randonnée pédestre dans ce magnifique massif qui culmine à un peu plus de 4000m que notre Guide Houssaine nous a concocté.

En effet c’était une randonnée à ski qui était programmée à l’origine, mais comme pour chez nous la neige n’a pas été au rendez-vous en ce début d’année, même le Maroc a été sevré de l’or blanc.

Les démarches et réservations ont démarré en octobre 2019 en contactant le bureau des guides de Imlil (conseil donné par Manu le gardien du refuge Le Logis des Fées en Savoie).

Les échanges par téléphone et par mail pour négocier ont pris quelques mois avec le bureau, ce n’est que début février 2020 qu’enfin on me donne les coordonnées du Guide qui nous accompagnera

Une fois les arrhes versées, Il est donc décidé par Houssaine après plusieurs propositions de remplacement que cette traversée se ferait depuis le Village d’Arous jusqu’à celui

de Boutaghrar ou Tamalout (Début de la vallée des roses) en passant par le sommet du M’Goun. Puis notre périple a été de suivre et descendre les  » Assif-n-Oulilimt et Oued M’Goun « .

Une organisation d’enfer est mise en place pour tout le séjour, aussi bien pour l’encadrement que pour tout ce qui est intendance, déplacements en minibus et transport du matériel par mules.

Nous avons passé 6 jours en dehors du temps… loin de tout, dont 3 sans voir âme qui vive, seul au monde , quoi de mieux !…

Ce voyage a été pour nous tous une belle découverte, nous en avons pris plein les mirettes …(se référer aux photos à venir) de plus 3 baptêmes de 4000m ont été réalisé.

Que dire des pique-niques servis par Mohamed le cuistot et cousin d’Houssaine assisté par un des muletiers Mohamed, des petits festins chaque midi et soir.

Le retour sur Grenoble s’est bien déroulé, à une demi-journée prêt nous allions commencer notre confinement sur place car en effet les vols entre France et Maroc ont été suspendus le jour même.

Tout ce que l’on peut dire c’est que nous avons été bien reçus et bien assistés, à refaire… pour moi, ce sera l’année prochaine et toujours en mars.

Et si les dieux sont avec nous viserons le Toubkal à skis suivi d’une virée dans le désert (environ 10 jours). A noter sur vos agendas…..

Merci à toute l’équipe pour sa bonne humeur et d’avoir accepté le changement de programme de dernière minute.

Andrea

27 Octobre : Lacs de la Grande Valloire

Nous étions onze, hier dimanche 27, pour accompagner Philippe, aux lacs de la Grande Valloire. Montée par le sentier raide de la Grande Valloire, descente par celui de la Fouetterie, qui ménage bien les petites pattes (sauf le bas qui est très raide, quand on revient dans la gorge du torrent de la Grande Valloire). Ça nous a fait une jolie bouclette de 1400 m de dénivelé. Beau temps à peine voilé et presque aucun vent du Sud nulle part, sauf un peu au lac noir. Christian s’est trempé dans le lac blanc (si si, tout entier, mais pas longtemps). Et vers le bas, quelques champignons comestibles nous attendaient.

Yann.

20 octobre : Croix du Léat

Nous étions quand même six pour essayer de monter au chalet du Vay par
le sentier perdu que Trottinette avait pratiqué il y a fort fort longtemps.
Las, la draye descendant du col du Pertuis a fait totalement disparaître le
départ, et même au dessus, en regardant d’en face à la jumelle, on ne devine
plus aucun sentier, jusqu’en haut de la gorge, à 200 m sous le chalet (c’est
le seul point d’eau du chalet).

Donc nous n’avions plus qu’à appliquer le plan B, soit faire la boucle
Gleyzin -> refuge de l’Oule -> Croix du Léat -> chalet du Bout. Nous
n’avons pas eu trop de vent sous la face Nord des Portes d’Eglise, et
nous n’avons pas regretté la visite aux sapins Henri II (ou Henri IV, ou Henry VIII,
je ne m’y connais pas trop en style de sapins) et le goûter au chalet du Bout,
la brioche, les gâteaux et le genépi. Il y a eu un gros effondrement de rochers
juste sous le sommet du Charmet de l’Aiguille, très récent car la neige est
absente de cette partie de la face Nord.

Yann

6 Octobre : Grands Moulins en traversée

Très belle randonnée proposée ce 6 octobre par Jean-Louis à l’extrémité nord du massif de Belledonne, les Grands Moulins en traversée.

13 stdistes au départ (8h45) et à l’arrivée, toujours 13 (15h30).

Nous étions donc en pays de Savoie pour cette randonnée engagée depuis Val Pelouse, siège d’une ancienne et petite station de ski, terminus de la route, environ 15km au-dessus de La Rochette.
Montée d’abord par la belle croupe, dénommée la Montagne d’Arvillard, jusqu’au pied de l’arête Nord-Ouest atteinte vers 2000m puis attaque dans la face par une sente qui se faufile dans les blocs, souvent raide avec quelques passages verticaux, une sente quelque peu humide ; un parcours certes exigeant mais au final une progression efficace, sans danger majeur qui nous a permis d’atteindre le sommet (2495m) en moins de 3h. Une montée avec des éclairages magnifiques tant les rayons du soleil étaient nimbés de fines lames de brouillard.

Après la pause déjeuner au sommet qui mérite le détour pour le splendide panorama du Mont Blanc aux Aiguilles d’Arves, des Bauges à La Charteuse, descente par la face sud et son sentier de randonnée sans difficulté même si là-aussi la pente reste soutenue jusqu’aux zones de pâture.

Lors de cette descente, vers 1900m, Trottinette et Yann nous font découvrir une plante que l’on ne trouve, autour de Grenoble, que dans cette partie du massif de Belledonne, la gentiane asclépiade. Pour terminer, petit arrêt au refuge de La Perrière (1832m), refuge communal en accès libre qui semble bien fréquenté, et retour tranquille aux voitures (descente en 2h30 environ).

jacques

29 septembre – Le Taillefer

Nous étions 8 joyeux stdistes ce dimanche au Taillefer, parmi les
nombreux randonneurs qui tentaient de s’abriter du vent derrière les
cailloux sommitaux.
Montés par le lac de Brouffier, crête de Brouffier,
Petit Taillefer, et descente par le lac de l’Emay (seule Pascale s’est
baignée dans l’eau glacée) et Pas de la Mine. Vent et soleil toute la
journée, et belles couleurs d’automne.

Les jolis cailloux que nous avons piétinés sont des gneiss leptyno-amphiboliques,
puis des micashistes et conglomérats vers le sommet, avec des restes de couverture
sédimentaire (dolomie) par endroits (col du grand Van), d’après le site GEOL-ALP.

Anne

1 Septembre : Le Moucherotte par la face NE

Comment un plan B devient une belle sortie dans la face NE du Moucherotte ; passage par la grotte Vallier à 1520m d’altitude.

Merci à Jean-Louis pour cette bonne idée.

Christian

4 Août : Cascade de l’Oursière et lac David

Au début de ce mois d’août, nous étions quand même quatre STDistes pour faire la boucle cascade de l’Oursière, lac David, Grande Vaudaine, Petite Vaudaine et retour, à partir des Seiglières, en nous plongeant trois fois dans l’eau : au lac David (frais), au petit lac à la bifurcation au pied de la Petite Vaudaine (chaud), et dans le torrent au-dessus de la cascade (là ça caillait franchement).

Yann.