25 au 27 janvier : raquettes dans les Hautes Alpes

3 jours en raquettes depuis Cervières Hautes Alpes janvier 2020

S 25 : Après le trajet, vers midi première petite rando depuis le village de Cervières 1610m jusqu’au hameau du Laus, et point de départ du site nordique ; remontée du vallon du Blétonnet en suivant à peu près la piste de fond, passage hameau de Oulles puis petite grimpette jusqu’à 2100m
D+ = 500m

D 26 : départ vers 9h du Laus (terminus de la route du col d’Izoard) : on suit d’abord la route puis on emprunte puis les raccourcis et vers 2150m bifurcation à droite sur un large chemin pour rejoindre les chalets d’Izoard (lesquels sont plutôt en mauvais état) ensuite on pénètre dans un grand cirque. Les conditions se dégradant, brouillard bloqué sur les crêtes, pas mal de fraîche et du vent, l’objectif du jour le Col des Ourdeis (2421m) est abandonné et on va se planquer pour la pause..
Puis par une traversée descendante nous regagnons la route du col pour atteindre le refuge Napoléon puis le col mythique d’Izoard à 2360m. Pour le retour on emprunte les raccourcis puis on se glisse dans le canyon du torrent, en gros sous la petite ligne électrique, un joli petit sentier pour raquettes. Arrivée vers 15h30 – D+ = 780m

L27 : départ de Cervières du pont au pied de la piste des Fonds ; remontée de la piste, passage au mur des Aittes, mur barrière dressé par les militaires, l’Italie étant toute proche. Une fois sur le plat, au premier chalet, on s’engage à gauche pour se diriger vers le sommet des Anges. On chemine tranquille dans un cirque encore plus vaste et débonnaire (avis aux amateurs de randonnée nordique) se faufilant entre les bosses jusqu’à atteindre la crête sommitale. Nous nous arrêtons sur le mamelon (2407m) qui précède le sommet des Anges car là-bas arrive un télésiège de Montgenèvre ; nous redescendons de 150m env à la cabane de Peyre Moutte pour la pause. Pour le retour on prend la direction pour retrouver l’itinéraire de montée mais bientôt une belle trace, sans doute dessinée par un connaisseur du secteur, nous fait revenir juste au-dessus du mur des Aittes ; on finit par la piste amont tout en observant quelques chamois posés en plein ciel sur les Aiguillettes dominant Cervières. D+ 900m, durée de la sortie 6h environ.

Nous étions hébergé au Gîte de Terre Rouge sis à 3/4 km avant Cervières, gîte super sympa géré par un jeune couple Elodie et Mathieu que l’on vous recommande.
Merci Daniel!

12 janvier : La Quarlie

Nous étions 14 skieurs, sans compter les raquetteurs, dont Lionel
équipé de non-raquettes virtuelles. La neige était joliment disposée en
rayures de tigre sur le bas de la croupe Sud, au fond du vallon juste
après le départ de Besse. Nous avons donc essayé les peaux sur l’herbe
et la terre gelée, et ça tenait bien.

Ensuite, le manteau devenait continu vers 1750 m environ, en neige de
printemps regelée, et on rencontrait la neige d’hiver vers 2000 m (là,
Lionel avec ses non-raquettes virtuelles commençait à enfoncer !). Du
haut de la Quarlie, on a vu que les pentes exposées Est vers le hameau
de Bonnefin étaient mieux garnies, même en bas, et du coup on est partis
pour faire la boucle. Ça ne valait pas le coup de tenter de prolonger la
rando jusqu’à la Tête du Vallon, car toutes les pentes sommitales
orientées Ouest et Nord-ouest, bien soufflées, étaient en tôle, et avec
la bise, ça n’allait pas décailler de la journée.

Après un haut en neige d’hiver mais très changeante (on ne savait pas
si on passait les skis dessus ou dessous la croûte), les versants de
descente vers Besse étaient presque en neige de printemps revenue,
mais pas super stable, le fond étant assez peu porteur (pas encore
assez transformé).Fallait aussi se méfier des clôtures, mais on n’a
pas déchaussé à la descente (merci St Sébastien !)

Yann

25 mars – Lac de Belledonne en raquettes

En fait , on s’est arrêtés sous le dernier ressaut avant le lac de Belledonne; après c’est un peu raide pour nos petites raquettes.
Température agréable, peu de traces, neige abondante sauf dans la forêt d’Allemont.
Spectacle des skieurs dans le couloir NE du Charnier…

Jacques M.

3 mars : Crête de Broufier

Nous avons fait la sortie unique tous niveaux
multi-activités : raquettes et ski de randonnée. Nous sommes montés à 13
par la crête de Brouffier (normal) et descendus à 6 par le Guiliman :
montée niveau 1, descente niveau 3. Je n’avais jamais descendu le
Guiliman avec si peu de neige… et une partie en rive droite ! Bonne
neige, du coup ça passait mais c’était sportif. A un moment, il faut
traverser pour retrouver la rive gauche… Pour certains une traversée
du ruisseau (le Guiliman) à ski sur les rochers (ride on the rocks !),
pour d’autres un rechaussage sur le pont de neige (où l’on a pu
constater la supériorité des Merdica avec les cales de rechaussage !).

Yann

31 janvier – 3 février : Raquettes et tarot dans le Devoluy

En raquette dans le Dévoluy avec Daniel, sous la neige, la pluie, le vent, le soleil, dans le froid polaire et la bonne humeur.

6 janvier : Croix de Chamrousse par le lac Achard

Tout d’abord bravo à nos amis qui sont allés affuter leurs carres dans le vallon de la Jasse.

Quant à nous l’objectif était plus modeste la Croix de Chamrousse mais tout de même une bien belle journée au-dessus des nuages. Nous étions 14, plus exactement 4 raquetteurs encadrés par Daniel et 10 skieurs encadrés par Dédé et moi-même

Partis du télésiège de Bachat nous avons rejoint le chemin balisé ski de rando (départ du centre moto-neige), que nous avons suivi jusqu’à la côte 1940m, là nous avons obliqué pour rejoindre d’abord les lacs Achard puis le col de l’infernet. Globalement pour monter nous n’avons éventuellement déchaussé que 2 fois pour de courts passages. Baignés de soleil et bien abrités la pause casse-croûte a permis de déguster de nouvelles et nombreuses recettes de gâteau !

Pour les 200 derniers mètres, laissant à main droite le chemin classique filant vers le col de la Botte, nous avons pris « tout droit » vers la Croix dans les belles pentes situées entre le versant des Rochers de la Perche et le départ de la via ferrata des 3 fontaines. La descente s’est faite par les pistes de Roche Béranger, pistes certes avec des plaques de glace mais aussi des bordures poudreuses.

De l’avis de tous, une belle balade de proximité qui se déroule, tout en étant proche de la station, dans une ambiance naturelle superbe avec en plus de nombreuses variantes.

Jacques et Dédé

19 février : Tête des Chaudières

Ce n’était pas gagné hier, le brouillard a failli nous égarer, mais la sagacité de nos guides nous a permis de gagner un sommet bien ventilé donc dégagé. Une équipe de 7 skieurs et 3 raquetteurs.

Noëlle

26 mars : Pointe du Sciallet

Sortie combiné avec ski de rando et raquettes. Facile avec 3 guides HN(*) pour 12 raquetteurs et skieurs, mais acrobatique sur le final et même chuteux pour certain/aine

D’après la carte, c’est bien dans la petite dépression au Nord-est du point
2134 qu’il faut descendre pour arriver directement à l’autre bout (ouest)
du thalweg du Pas de la Coche (là où j’ai pris la 1ère photo), ou même,
par un étroit couloir, directement en haut de la grande combe Nord.
Mais la prochaine fois, nous ferons une reconnaissance générale à la montée,
ce sera plus sûr. A part ça, nous avons fait un peu plus de 1050 m de dénivelé,
en comptant les manips de changement de vallon. Belle performance en raquettes

*HN=Haut Niveau. Bon, je sais, ils vont encore rougir


11 – 12 mars : Weekend de rassemblement au gîte des Gondoins

Nous avons retrouvé Béné samedi matin, elle avait déjà fait 2400m la veille. Montée au Col de la casse du diable pour les raquetteurs et certains skieurs. On a admiré Béné descendre dans un joli couloir. Super repas samedi soir, Yann, Anne et Bénédicte ont juste eu le temps de se mettre les pieds sous la table à leur arrivée.

Dimanche, départ pour la Coupa, au passage, rencontre du Flysh à helminthoïdes, illustre inconnu, puis montée vers la Coupa, davantage en direction de l’épaule d’Autane pour nous les raquetteurs, mais demi-tour pas loin de la crête par sécurité, on remontera vers la Coupa sur un tracé raidasse, attendant nos skieurs qu’on laissera filer au col. La raquette a ses limites.Pour les skieurs, temps un peu incertain le matin, mais avec un bon regel quand même, et qui a choisi le côté beau rapidement. Poudre sur toute la hauteur de la face Nord, bonne soupe presque de la piste printanière en dessous

Belle ambiance ! Merci à nos encadrants, Daniel, Jean-Louis, Yann et Jacques.