21 mars : Raquettes La Sure – Plénouze

-5 sur le panneau juste avant de prendre la route d’Autrans  jusqu’au Stade de neige de la Sure. Le Club des Cinq (autres que la dernière fois) cueilli par une jolie bise, remonte le long du téléski du Mortier avant de prendre plein Est des sentiers en sous-bois. Sur la crête, vue royale sur les falaises du tunnel du Mortier, la Buffe, et au loin le Bec de l’Orient se laisse deviner. Arrêt à la Sure peu après pour admirer le panorama. On continue plein Sud en direction de Plénouze, après une pause tout confort, chaises pour ces dames, à la cabane du téléski. Déclinaison chocolat pour les gâteaux. Retour par la piste forestière et petit goûté bienvenu au parking.

Merci Daniel pour cette sortie tant sportive que gastronomique!

Noëlle

13 mars : Raquettes à Brouffier

Au parking après La Morte, encore peu de voitures et peu de neige. Raquettes sur le sac, le club des 5 s’engage dans la forêt; le sentier verglacé et la pente raide nous obligent à chausser avant la sortie du bois. A l’approche de la crête de Brouffier, le soleil est le bienvenu. Petite bise bien présente au lac de la Courbe, d’où un casse-croûte un peu abrégé, sauf pour les gâteaux. Des grappes de skieurs encombrent le pas de la Mine – ça bouchonne sec – avant qu’ils ne reprennent le défilé sur la crête du petit Taillefer. Descente agréable sur une neige juste ramollie. Au parking, petit café servi par Jean Louis, et gâteau de  Françoise.

Encore une belle sortie, merci Daniel

Noêlle

28 février : Pointe du Sciallet en raquettes

Départ du Rivier d’Allemont, parking déjà presque plein à 8h30. On part raquettes sur le sac. Montée dans le bois de plus en plus enneigée (et verglacée!), on finit par mettre les raquettes pour ne pas glisser.

On côtoie 2 groupes de skieurs/euses dont un qu’on reverra au sommet, mais finalement peu de fréquentation dans ce vallon. A la pointe du Sciallet, un magnifique chien qui a dû faire trois fois le dénivelé au moins court d’un groupe à l’autre. On ne reste pas trop longtemps à cause du vent, et on redescend vers le sud pour pic-niquer sur un rocher sec, dégustation des « merveilles de la montagne » qui méritent bien leur nom. Descente « dré dans l’pentu » dans de la neige déjà bien molle, qui ne fait pas trop regretter les skis. Et dans le bois plus aucun regret de ski du tout!

Merci Daniel d’avoir commandé cette tempête de beau temps.

Jacques M

24 février : Raquettes sous le Tabor de Matheysine

Départ de St Honoré 1500 en descente, raquettes sur le sac, pour rejoindre le bas de la combe des Tibannes où on chausse, pour remonter ladite combe jusqu’au lac de Charlet, puis le col de l’Ouillère, passage un peu olé-olé sur les 2 derniers mètres. Comme il n’y a personne d’autre que nous trois (et un randonneur à ski vers le Tabor), on descend les pistes de la station du Grand Serre, où on trouve une petite pelouse sèche sur une colline, idéale pour pic-nique (et sieste!). Retour par le même col, et la piste de rando dans la neige qui commence à ramollir mais reste bien dure sur les faces nord et de belles plaques de glace sur le sentier sous les arbres.

Entre le départ et le lac Charlet, il y a plus de traces de piétons que de ski/raquettes! Et curieusement, il y a un domaine immense sur les pistes de l’Alpe du grand Serre, avec très peu de traces, et de la moquette à poil variable; un spot original pour le ski de rando à écouvrir?

Merci Daniel pour cette journée de soleil (et la petite bière finale!)

Jacques et Noëlle

14 février : Raquettes entre les brèches des lacs Robert

Départ de Casserousse et sa piste déjà bien garnie de randonneurs que
nous abandonnons aussitôt pour emprunter le sentier de la crête des
Ramettes. A la sortie des bois, avalanche de soleil et de ciel bleu sur
les massifs environnants. Descente dans la poudreuse, petit détour au
passage pour découvrir deux grottes dans la falaise, puis nous traçons à
travers bois pour rejoindre le sentier menant au lac des Pourettes. Du
lac, nous prenons plein Est pour atteindre un joli vallon sauvage en
surplomb de la procession de randonneurs sur le chemin de la brèche
Nord. Pause déjeuner, (miam-miam gâteau au chocolat de Laurence). Montée
à la brèche où les brumes voilent les Vans et les lacs Robert. De là
nous plongeons vers le lac pour remonter par un petit col entre brèche
Nord et brèche Sud, aucune trace sur ce versant un peu raide qui nous
ramène sur le chemin des Pourettes. Superbe journée, merci Daniel!

Noëlle

Lundi 18 janvier : Le Baconnet – 1808 m (skis et raquettes)

D+ 600 m – depuis Chauplane – 8 participants

Après une courte descente brumeuse depuis la route de Gresse nous traversons le hameau de Chauplane figé dans le froid et des congères.

Mais le soleil se dévoile et ne nous quittera pas de la journée. Montée au Rocher des Chaux en alternant bois, clairières et croupes.

Descente presque seuls dans de belles combes bien enneigées.

Jean-Louis C

Samedi 16 janvier : Crête de La Molière – 1686 m (raquettes)

D+ 800 m – depuis Les Jaux – 5 participants + 1 rencontre surprise au sommet

Une  longue boucle variée à souhait, traversant les belles prairies des Merciers et de La Molière.

Casse-croûte au Pas de Bellecombe – crêtes jusqu’au Pas de l’Ours et descente sur le refuge de La Molière puis vers les Merciers à travers bois

Jean-Louis C

25 au 27 janvier : raquettes dans les Hautes Alpes

3 jours en raquettes depuis Cervières Hautes Alpes janvier 2020

S 25 : Après le trajet, vers midi première petite rando depuis le village de Cervières 1610m jusqu’au hameau du Laus, et point de départ du site nordique ; remontée du vallon du Blétonnet en suivant à peu près la piste de fond, passage hameau de Oulles puis petite grimpette jusqu’à 2100m
D+ = 500m

D 26 : départ vers 9h du Laus (terminus de la route du col d’Izoard) : on suit d’abord la route puis on emprunte puis les raccourcis et vers 2150m bifurcation à droite sur un large chemin pour rejoindre les chalets d’Izoard (lesquels sont plutôt en mauvais état) ensuite on pénètre dans un grand cirque. Les conditions se dégradant, brouillard bloqué sur les crêtes, pas mal de fraîche et du vent, l’objectif du jour le Col des Ourdeis (2421m) est abandonné et on va se planquer pour la pause..
Puis par une traversée descendante nous regagnons la route du col pour atteindre le refuge Napoléon puis le col mythique d’Izoard à 2360m. Pour le retour on emprunte les raccourcis puis on se glisse dans le canyon du torrent, en gros sous la petite ligne électrique, un joli petit sentier pour raquettes. Arrivée vers 15h30 – D+ = 780m

L27 : départ de Cervières du pont au pied de la piste des Fonds ; remontée de la piste, passage au mur des Aittes, mur barrière dressé par les militaires, l’Italie étant toute proche. Une fois sur le plat, au premier chalet, on s’engage à gauche pour se diriger vers le sommet des Anges. On chemine tranquille dans un cirque encore plus vaste et débonnaire (avis aux amateurs de randonnée nordique) se faufilant entre les bosses jusqu’à atteindre la crête sommitale. Nous nous arrêtons sur le mamelon (2407m) qui précède le sommet des Anges car là-bas arrive un télésiège de Montgenèvre ; nous redescendons de 150m env à la cabane de Peyre Moutte pour la pause. Pour le retour on prend la direction pour retrouver l’itinéraire de montée mais bientôt une belle trace, sans doute dessinée par un connaisseur du secteur, nous fait revenir juste au-dessus du mur des Aittes ; on finit par la piste amont tout en observant quelques chamois posés en plein ciel sur les Aiguillettes dominant Cervières. D+ 900m, durée de la sortie 6h environ.

Nous étions hébergé au Gîte de Terre Rouge sis à 3/4 km avant Cervières, gîte super sympa géré par un jeune couple Elodie et Mathieu que l’on vous recommande.
Merci Daniel!

12 janvier : La Quarlie

Nous étions 14 skieurs, sans compter les raquetteurs, dont Lionel
équipé de non-raquettes virtuelles. La neige était joliment disposée en
rayures de tigre sur le bas de la croupe Sud, au fond du vallon juste
après le départ de Besse. Nous avons donc essayé les peaux sur l’herbe
et la terre gelée, et ça tenait bien.

Ensuite, le manteau devenait continu vers 1750 m environ, en neige de
printemps regelée, et on rencontrait la neige d’hiver vers 2000 m (là,
Lionel avec ses non-raquettes virtuelles commençait à enfoncer !). Du
haut de la Quarlie, on a vu que les pentes exposées Est vers le hameau
de Bonnefin étaient mieux garnies, même en bas, et du coup on est partis
pour faire la boucle. Ça ne valait pas le coup de tenter de prolonger la
rando jusqu’à la Tête du Vallon, car toutes les pentes sommitales
orientées Ouest et Nord-ouest, bien soufflées, étaient en tôle, et avec
la bise, ça n’allait pas décailler de la journée.

Après un haut en neige d’hiver mais très changeante (on ne savait pas
si on passait les skis dessus ou dessous la croûte), les versants de
descente vers Besse étaient presque en neige de printemps revenue,
mais pas super stable, le fond étant assez peu porteur (pas encore
assez transformé).Fallait aussi se méfier des clôtures, mais on n’a
pas déchaussé à la descente (merci St Sébastien !)

Yann

25 mars – Lac de Belledonne en raquettes

En fait , on s’est arrêtés sous le dernier ressaut avant le lac de Belledonne; après c’est un peu raide pour nos petites raquettes.
Température agréable, peu de traces, neige abondante sauf dans la forêt d’Allemont.
Spectacle des skieurs dans le couloir NE du Charnier…

Jacques M.