31 juillet au 3 août : Séjour en Ubaye

La semaine dernière,  nous sommes allés en ubaye comme prévu sur le programme alpinisme pour aller grimper en grandes voies et arête . Nous n’ avons malheureusement pas pu former deux cordées de deux donc , nous sommes partis Dominique et moi-même pour 4 jours.
Le 1er jour, route et école d’escalade au  » pont voûté  » sur du calcaire.
Le 2ème jour, traversée d’arête gélinasse – peigne.
Le 3ème jour, grande voie à la belle aiguille P.andré.
Le 4ème jour, tentative de voie à la tête du sanglier (échoué par ma faute ,  ça arrive …..)
et route de retour en Isère.
Le rocher fût excellent, les cotations parfois assez sévères et l’équipement  plutôt « aéré « .
Grand calme en montagne là-bas.

Bénédicte.

25 juillet : Sortie alpi

Belle sortie alpi avec Bénédicte ce samedi avec la traversée des très esthétiques aiguilles de l’Argentière : enchainement de l’aiguille Capdepon, de la pointe Elisabeth puis de l’aiguille de la Combe pour finalement rejoindre le col de la Combe. Comme dit Bénédicte, ça occupe. A part un peu de stress dû à un rappel coincé, parcours agréable et varié en rocher assez bon offrant de magnifiques panoramas sur 360°. 2 longueurs en 5A (à l’ancienne !) à compléter tout de même, magnifiquement surmontés par une Bénédicte au sommet de son art.

Dominique

18 et 19 juillet : Weekend alpinisme à la lavey

Malgré l’absence de participants à la sortie alpinisme prévue au programme à l’arête des papillons, nous sommes quand même, Dominique et moi-même,  allés parcourir celle-ci. Une sympathique arête,  au-dessus du lac des bêches,  en terrain d’aventure (4 pitons sur l’itinéraire). La fin de l’arête se termine par un peu de désescalade pour aller chercher un rappel. Le reste de la descente se faisant dans un couloir nord plutôt raide, mais qui était en bonne condition. Encore une bien belle journée en montagne.

Bénédicte

5 juillet : Journée formation Alpi avec Philippe Bertrand

Dimanche dernier nous nous sommes retrouvés 5 Stdistes pour une journée à la Grave.

Philippe avait décidé de nous porter jusqu’au pic de la Grave et c’est finalement près du col de la Lauze que nous passerons la majeure partie de la journée car trop de monde au pic.

Nous avons pu passer en revue un maximum de choses nécessaires à la sécurité sur glacier (encordement, progression, assurage…) une journée bien remplie et toujours trop court pour peaufiner les différents ateliers. Philippe n’est vraiment pas avare de conseils en bon professionnel qu’il est, il a pris le temps de nous conseiller , corriger …

En conclusion une belle et bonne journée bien remplie en compagnie de Beatrice,  Lucas, Arnaud, Dominique.

Dédé

4 et 5 juillet : Mariande

Cinq STDistes sur neuf sont allés au col de la Haute Pisse, après avoir bivouaqué au Ser de la Cochette (plateau à 1850 m environ, sur le sentier qui va de l’Alpe du Pin à la Mariande, dont le nom n’apparaît que sur l’ancienne carte violette). C’est toujours aussi beau, plein de lis orangé en bas, plein de granit en haut. La source du Ser de la Cochette est un tout petit filet d’eau, qui coule de 3 m au-dessus du sentier à 3 m au-dessous du sentier, à 5 mn de marche en dessous du plateau-à-bivouaquer… Mais on avait la vache à eau. A partir du coucher du soleil, les moustiques nous ont bien fait comprendre qu’ils étaient affamés, mais heureusement, ils sont d’une espèce diurne, et ont la bonne habitude d’aller faire dodo quand la nuit tombe.

Yann.

21 juin : Aiguille d’Olle

Nous n’étions que quatre STDistes au départ du Glandon. Nous étions encore quatre à la brèche Dulong de Rosnay. Nous n’étions plus que trois en haut du névé de la crête Est, et seulement deux au sommet, où nous avons à peine dérangé un troupeau de gadgies bardées de matériel et qui gloussaient beaucoup. Le lac de la Croix était toujours aussi blanc. Le couloir était beaucoup plus raide qu’une fois, en poudre, à skis, il y a fort fort longtemps. La neige dans le couloir était plutôt dure à la montée, mais parfaite pour tailler des marches à la descente. On trouve de la fraîche à partir de 2500 m, bien dure le matin, mais quand ça ramollit, les contacts avec les rochers peuvent être surprenants, et ça patauge à la descente.

Yann.

31 mai : Bec d’Arguille

Nous étions 7 à trottiner sur la neige du col du Glandon jusqu’au Bec d’Arguille, qui a gardé son chapeau pratiquement toute la journée. Des bouquetins étaient cachés dans le paysage, qu’il fallait découvrir. Et cela nous a pris beaucoup de temps.

Yann.

31 mai : Escalade à l’Oreille du Loup – Tabor de la Matheysine

Dimanche dernier nous sommes sorties à l’Oreille du Loup avec Bénédicte. Jolie voie en dalle de gneiss « Viens voir le loup » à côté du Tabor.

Ensuite on enchaine avec la fin de l’arête du loup, quelques rappels et petits pas d’escalade sur friends. Pour finir le sommet du Tabor n’est qu’à 200m, donc on s’offre le panorama. Les nuages nous cachent un peu la vue, mais le Taillefer s’est quand même montré.

Sonia

21 mai : Voie Gaspard au Grand Eulier

Belle sortie d’escalade aujourd’hui pour Bénédicte et moi sur la face sud-ouest du Grand Eulier à Chamrousse.On a testé les recommandations de la FFME: port du masque aux relais, lavage régulier des mains au gel hydro, pas si compliqué que ça. Bien sûr c’est pas très photogénique (cf les photos) mais ça passe !

L’itinéraire est très joli, avec une première partie en 5 longueurs (4c max), puis petite arête et traversée de pierrier (bien connu des skieurs). Pour la deuxième partie, on a le choix entre 3 voies de 2 longueurs qui mènent à 30m sous le sommet. On a opté pour Hal Orange ta chambre (2x4c), puis Max (2x5b). Là c’est un peu plus vertical que la première partie, rocher encore meilleur.

Avec en prime une belle vue sur le lac Robert et les sommets encore un peu enneigés du secteur.

Sonia

6-7 juillet – Refuge Adèle Planchard et Pointe Breevort

Avec ses sons énigmatiques de la veille, le barde celtique a fait neiger
hier matin à la brèche Giraud-Lézin (3668 m selon IGN), à 6H30 exactement,
après les rougeoiements flamboyants et orientaux. Les cordées présentes
au plus haut point du glacier sous redescendues vite fait.

La vague de chaleur de la semaine précédente a fait apparaître la glace grise
en haut de la pente de neige sous le col où il est bon de prendre pied pour
finir l’arête Est de la Pointe Breevort. C’était austère et pas très engageant.

Après les averses de neige, le soleil s’est pointé, et quelques acharnés ont pu
apparaître, vus du refuge, comme de petits points rouges sur le sommet
de la grande Ruine, au dixième coup des dix heures.

Yann