Présentation du Club

Présentation de la Société des Touristes du Dauphiné

Un club de montagne historique mais vivant.

Tout d’abord un peu d’histoire :

Sous l’impulsion d’alpinistes étrangers, appelés alors « touristes », l’exploration des Alpes françaises a connu un engouement à la moitié du XIXème siècle, en particulier dans le Dauphiné où peu de sommets avaient été gravis. Cet attrait pour la découverte de nos montagnes a suscité la formation de sociétés alpines comme le Club Alpin Français centralisé sur Paris, et plus localement la Société des Touristes du Dauphiné, à vocation à la fois scientifique et sportive.

Constituée en 1875, la S.T.D. s’était alors développée autour de trois activités pour promouvoir l’alpinisme :

  • Des travaux en montagne pour en faciliter l’accès et la pratique : aménagement de sentiers, pose de câbles de sécurisation, construction de refuges …
  • La création et l’organisation d’un corps de guides et porteurs, avec sa réglementation, ses tarifs, son matériel et surtout sa structure de formation et de perfectionnement ;
  • Des travaux scientifiques : observation des glaciers, botanique … Par décret du 7 juin 1893, la S.T.D. fut reconnue d’utilité publique.

Et aujourd’hui : En participant à de nombreuses activités et manifestations, la S.T.D. continue d’exercer son influence dans le monde de la montagne. La S.T.D. est affiliée à la Fédération Française de Montagne et d’Escalade ainsi qu’à la Fédération Française de Randonnée Pédestre. La S.T.D. n’assure plus la formation de guides, ce qui est du ressort de l’ENSA, seul organisme habilité.

Elle dispense cependant en interne auprès de ses 150 membres un savoir faire dans les diverses disciplines alpines : randonnées pédestre et glaciaire, escalade, ski-alpinisme, raquette à neige, cascade de glace, etc… Elle se dote pour cela d’initiateurs compétents, généralement formés par la F.F.M.E. Ces initiateurs organisent et encadrent des sorties collectives et des courses en montagne, des séjours ou des raids de plusieurs jours. Ils assurent aussi en début de saison dans ses locaux, puis sur le terrain, des cours d’orientation, de nivologie ou d’utilisation des matériels de sécurité (D.V.A. notamment).

Des guides sont parfois sollicités pour assurer des stages de perfectionnement. Et par ailleurs des séances d’initiation et d’entraînement à l’escalade ont lieu deux fois par semaine au gymnase Berthe de Boissieux. Enfin la participation à des conférences complète l’ensemble de ce dispositif, avec toujours comme objectifs : autonomie et sécurité.

Son activité « refuges » est toujours aussi importante : la S.T.D. possède et gère cinq refuges dans les différents massifs du Dauphiné : Le Soreiller, La Selle, Adèle Planchard, Jean Collet, et La Fare. Ses deux dernières réalisations marquantes sont les agrandissements des refuges de La Selle (1995) et du Soreiller (2014). Une mission de diagnostic, effectuée en 2011 sur l’ensemble des refuges a permis de déterminer les projets de modernisation des prochaines années et d’établir un programme pluriannuel de travaux d’entretien.

Ces refuges sont confiés à des gardiens qui assurent l’accueil et le confort des alpinistes en conservant l’authenticité des lieux, en toute convivialité et en préservant le milieu alpestre. Les membres de la S.T.D bénéficient de tarifs préférentiels dans ses refuges, ainsi que des réductions dans les refuges des Clubs Alpins Français et Suisse.

Enfin la S.T.D. publie un bulletin semestriel et dispose d’un site internet qui présentent des articles d’intérêt général, relatent les sorties, séjours et raids organisés et informent des programmes des activités à venir.