Incidence de la pandémie de Covid-19 sur les refuges

Les refuges de la STD sont ouverts. Leur capacité et leurs conditions d’accueil sont modifiées afin de prendre en compte la situation sanitaire liée au Covid-19 et de vous accueillir dans les meilleures dispositions.

Les bons gestes à mettre en œuvre sont décrits dans la « charte d’engagement individuel pour un séjour en refuge de montagne en sécurité »

N’hésitez pas à télécharger cette charte et à la consulter : << c’est ici >>

5 juillet : Journée formation Alpi avec Philippe Bertrand

Dimanche dernier nous nous sommes retrouvés 5 Stdistes pour une journée à la Grave.

Philippe avait décidé de nous porter jusqu’au pic de la Grave et c’est finalement près du col de la Lauze que nous passerons la majeure partie de la journée car trop de monde au pic.

Nous avons pu passer en revue un maximum de choses nécessaires à la sécurité sur glacier (encordement, progression, assurage…) une journée bien remplie et toujours trop court pour peaufiner les différents ateliers. Philippe n’est vraiment pas avare de conseils en bon professionnel qu’il est, il a pris le temps de nous conseiller , corriger …

En conclusion une belle et bonne journée bien remplie en compagnie de Beatrice,  Lucas, Arnaud, Dominique.

Dédé

4 et 5 juillet : Mariande

Cinq STDistes sur neuf sont allés au col de la Haute Pisse, après avoir bivouaqué au Ser de la Cochette (plateau à 1850 m environ, sur le sentier qui va de l’Alpe du Pin à la Mariande, dont le nom n’apparaît que sur l’ancienne carte violette). C’est toujours aussi beau, plein de lis orangé en bas, plein de granit en haut. La source du Ser de la Cochette est un tout petit filet d’eau, qui coule de 3 m au-dessus du sentier à 3 m au-dessous du sentier, à 5 mn de marche en dessous du plateau-à-bivouaquer… Mais on avait la vache à eau. A partir du coucher du soleil, les moustiques nous ont bien fait comprendre qu’ils étaient affamés, mais heureusement, ils sont d’une espèce diurne, et ont la bonne habitude d’aller faire dodo quand la nuit tombe.

Yann.

21 juin : Aiguille d’Olle

Nous n’étions que quatre STDistes au départ du Glandon. Nous étions encore quatre à la brèche Dulong de Rosnay. Nous n’étions plus que trois en haut du névé de la crête Est, et seulement deux au sommet, où nous avons à peine dérangé un troupeau de gadgies bardées de matériel et qui gloussaient beaucoup. Le lac de la Croix était toujours aussi blanc. Le couloir était beaucoup plus raide qu’une fois, en poudre, à skis, il y a fort fort longtemps. La neige dans le couloir était plutôt dure à la montée, mais parfaite pour tailler des marches à la descente. On trouve de la fraîche à partir de 2500 m, bien dure le matin, mais quand ça ramollit, les contacts avec les rochers peuvent être surprenants, et ça patauge à la descente.

Yann.

31 mai : Bec d’Arguille

Nous étions 7 à trottiner sur la neige du col du Glandon jusqu’au Bec d’Arguille, qui a gardé son chapeau pratiquement toute la journée. Des bouquetins étaient cachés dans le paysage, qu’il fallait découvrir. Et cela nous a pris beaucoup de temps.

Yann.

31 mai : Escalade à l’Oreille du Loup – Tabor de la Matheysine

Dimanche dernier nous sommes sorties à l’Oreille du Loup avec Bénédicte. Jolie voie en dalle de gneiss « Viens voir le loup » à côté du Tabor.

Ensuite on enchaine avec la fin de l’arête du loup, quelques rappels et petits pas d’escalade sur friends. Pour finir le sommet du Tabor n’est qu’à 200m, donc on s’offre le panorama. Les nuages nous cachent un peu la vue, mais le Taillefer s’est quand même montré.

Sonia

22 mai : Néron

Nous avons pu faire une belle traversée des arêtes, ce vendredi, à trois, sans nous presser. Nous avons eu un peu chaud, mais avec deux litres d’eau chacun, c’est passé. Il y a plein de fleurs sur les arêtes, en ce moment, c’est bien mieux qu’en automne.

Yann.

21 mai : Voie Gaspard au Grand Eulier

Belle sortie d’escalade aujourd’hui pour Bénédicte et moi sur la face sud-ouest du Grand Eulier à Chamrousse.On a testé les recommandations de la FFME: port du masque aux relais, lavage régulier des mains au gel hydro, pas si compliqué que ça. Bien sûr c’est pas très photogénique (cf les photos) mais ça passe !

L’itinéraire est très joli, avec une première partie en 5 longueurs (4c max), puis petite arête et traversée de pierrier (bien connu des skieurs). Pour la deuxième partie, on a le choix entre 3 voies de 2 longueurs qui mènent à 30m sous le sommet. On a opté pour Hal Orange ta chambre (2x4c), puis Max (2x5b). Là c’est un peu plus vertical que la première partie, rocher encore meilleur.

Avec en prime une belle vue sur le lac Robert et les sommets encore un peu enneigés du secteur.

Sonia

17 mai : Sortie en Chartreuse

La remise en jambe s’est bien passée après ces deux mois de presque non activité. Nous étions cinq touristes au rdv pour 9h00 au col de la Placette. Pour commencer nous rejoignons les trois Fontaines en voiture (760m). Décollage 9h45 pour rejoindre dans un premier temps un petit belvédère face à un très beau cirque (1174m). Nous continuons après une petite pose pour le pas de miséricorde et continuons sur charminelle (1503m). De là direction plein EST pour la cheminée du Lorzier (1787) avec port du casque, attention il est recommandé de le porter car j’ai déjà assisté à de belles chutes de pierres dans ce secteur même avant de prendre pied dans la cheminée (Beaucoup de bestioles au-dessus, chamois , mouflons…).
Casse-croûte à l’abri du vent, face à la Pinéa. Puis descente tranquille en direction du refuge d’Hurtières (1559m) en patinant sur quelques névés. Repetite pose au chalet et enfin nous récupérons la combe de l’Hérétang pour rejoindre notre itinéraire de départ. Retour pour 17h00 au parking. Une belle petite boucle que j’apprécie toujours à faire et à partager.
Donc petite ballade d’environ 1000m faite tranquillement, accompagnée de quelques chamois et bien sûr sans oublier les narcisses, jonquilles, trolles, gentiane, vérâtres….
Denise, Claire, Laurence,Jacques étaient de la partie.

Dédé