25 février : Les Rochers Motas 2474m

La fenêtre météo était étroite: soleil prévu jusqu’à 10h, s’engrisaillant ensuite, précipitations annoncées à partir de 13h00. Il fallait donc un rendez-vous matinal, une sortie pas loin de Grenoble, avec pas trop de dénivelé.Les Rochers Motas avaient le profil adéquat.
Nous avons pu monter en voiture un peu au-dessus du parking de la Viltette et grignoter 30m de dénivelé. Décollage à 8h00 pétantes. Quelques langues de neige alternant avec de plus étroites langues d’herbe nous ont permis de démarrer skis aux pieds.
Le soleil est resté assez paresseux et ne nous a guère chauffé les pentes. Au lâcher de la combe du col du Sabot, avec le redressement général, l’enfilage des couteaux s’est imposé.
Au collu de crête, vers 2350, quelqu’un avait oublié de fermer la porte et les rafales de vent s’en donnaient à coeur-joie. On s’est fait bousculer sans ménagement.
Restaient les 120 derniers mètres sous le sommet, bien « tendus ». Chaque conversion a demandé de la concentration. La neige traffolée et « béton » aiguisait la raideur des versants, à droite comme à gauche, offrant des visions éminemment désagréables et stressantes. Dans ce genre de situation, on souhaiterait avoir des œillères!
Heureusement, Denis a cassé un couteau!… Il a dû poursuivre à pied et manifestement, il s’embêtait beaucoup moins que nous. Alors, on s’est dépêché de l’ imiter. Des prédécesseurs à pied, venus en des temps plus chaleureux, avaient eu l’amabilité de nous laisser de bonnes traces. Il a été facile d’emboîter nos pas dans les leurs.
Curieusement, là-haut, il n’y avait plus un poil de vent. La verticalité des Rochers du Rissiou , juste en face, captivait le regard. Nous aurions volontiers trainassé un peu, histoire de glaner une once de décaillage supplémentaire, mais côté Ouest une masse nuageuse antipathique gonflait à vue d’oeil. Le mauvais temps approchait, il ne fallait pas s’attarder.
La descente jusqu’à 2200m fut comme on peut l’imaginer: secoués comme des bouteilles d’Orangina!
Au-dessous, les grands espaces revenus, nous avons pu échapper à la concentration de traces gelées. C’était mieux, malgré des prémices de jour blanc et un décaillage toujours inexistant.
C’est seulement au-dessous de 1900m que la surface de la neige s’est ramollie et qu’on a pu se faire plaisir pour de bon.
Déchaussage à 20 m de la voiture: un challenge pas facile à réussir en ces temps de disette!
La météo est demeurée clémente avec nous. Le soleil a définitivement disparu, les sommets se sont couvert mais nous avons pu casser la croûte et savourer notre bière en paix. C’est seulement au déchargement du coffre à Seyssins que les hostilités se sont déclenchées.
Durée de la sortie: 4h20 – Dénivelé: 1045m – Participants: Pascale, Lucas et Denis De Larminat – Marc Papet

Laisser un commentaire