6 Août : Lac de la Muzelle

Deux STDistes pour cette belle balade en Oisans, 4h de montée réalisée au frais sous les nuages et en arrivant au refuge c’est découvert ! Belle vue sur le glacier suspendu de la roche de la Muzelle qui domine le lac, 2 nageurs dans le lac mais là on était pas assez motivé pour faire comme eux. On a rempli des petits tupperwares de myrtilles (jamais vu autant et si grosses sur 20 m2) sous le refuge, ça a l’air une bonne année, à vos peignes pour les confitures maison !

Jean-Luc

23 juillet : Tabor et Oreille du Loup

Mouflonnerie en face est du Tabor, à ne pas mettre dans toutes les mains.
Sentier pas très évident jusqu’à 1950 m d’altitude, traces de mouflons
seulement au dessus. Sortie au col entre le Tabor et l’Oreille du Loup,
mais on peut aussi traverser un peu plus facilement (et de façon évidente)
par le sommet Nord (herbeux) de l’Oreille du Loup. Ce faisant, cependant,
on se priverait du spectacle des troupeaux de mouflons.

Yann

14 au 16 juillet Alpi à partir du refuge du Soreiller

Une petite expé de 6 grimpeurs de la STD au refuge du soreiller

En photos, voie des nains (cherchez le nain !) et voie normale de l’aiguille de la Dibona avec Anna, 17 ans.

Excellent week end , et toujours le génépy offert par Martine turc, une coutume désormais.

Yann

Weekend du 14 juillet – Massif des Cerces

Nous étions sept pour ce weekend où le beau temps était au rendez-vous malgré un vent fort. Nous avons raté le feu d’artifice de Grenoble mais nous avons assisté à un feu d’artifice de lacs de montagne.

Premier jour : Départ du Pont de l’Alpe après le col du Lautaret. Lacs de la Ponsonnière, des Cerces, du Gran Pan, Rond, de la Clarée et arrivée au refuge des Drayères où nous passerons deux nuits.
Deuxième jour : Départ pour le col des Muandes (Bonnets et gants bienvenus) en passant par le lac Rond et le lac des Muandes. Une partie du groupe s’avance en direction du mont Thabor. Au retour, piquenique vers les lacs de la Madeleine (un peu de hors sentier …) avant de rentrer au refuge en passant par le lac Long.
Dernier jour : Longue étape, lac Lamaron, refuge du Ricou, Chalets de Fontcouverte, refuge et lac du Chardonnet (piquenique), Col du chardonnet.

Un excellent weekend. La vallée de Névache est un immense terrain de jeux, où nous reviendrons avec plaisir.

2 juillet – La Pierre Assise, sur la montagne des Chalmettes

Ce gros caillou s’appelle la Pierre Assise. Il est au dessus de la
Traverse d’Allemont, sous la Grande Roche, à 1930 m d’altitude
(il est indiqué sur un panneau sur le terrain mais pas mentionné sur
la carte). On est montés dans le Bois du Moulin, rive droite du ruisseau
de la Dreyta, par un sentier pas tracé sur la carte (je l’appelle le sentier
des chasseurs), en passant par une grosse source à 1550 m (notée sur la carte).
On a renoncé à aller au point 2144 au Sud de la Grande Roche, parce que
pour ce faire il faut choper une vire à chamois, il est donc préférable
d’y voir, et le brouillard ne voulait pas s’en aller juste de cet endroit-là.
Mais globalement on a eu moins moche que Jean-Luc ! Il y a pas mal d’épicéas
déracinés ou cassés dans la forêt, un sur le sentier des chasseurs et plusieurs
sur le sentier du Chazeau. Sur le sentier du Chazeau, c’est pas grave, on passe
facilement à côté, mais sur le sentier des chasseurs, ça crée un petit
passage pénible, en haut, à la sortie de la forêt, un peu avant
d’arriver au sentier qui traverse. Et juste au dessus, nous avons
rencontré un chamois solitaire, pas trop inquiet de nous voir.

Yann

25 juin – Col de Cote Belle – les Echarennes

Nous n’étions que 8 pour faire cette jolie boucle ; nous avons croisé
des troupeaux d’ancolies des Alpes, le col de Cote Belle, une pente
d’herbe très raide (à descendre), un vallon suspendu très sauvage avec
encore des névés sous le pic de Valsenestre (à remonter), le col des
Echarennes, quelques chamois bien tranquilles, un champ de rhododendrons,
et nous sommes revenus à Valsenestre par la Combe Oursière suspendue
sur ses barrichons. Tout ceci presque à l’ombre (plutôt nuages le
matin, et plutôt forêt l’après-midi).

Yann

20 – 21 Juin Cime du Vallon

Nous n’étions que 4 pour monter mardi au refuge d’Olan (1250 m de dénivelé,
pas de plat), et mercredi à la Cime du Vallon (1050 m de dénivelé de plus,
pas de plat non plus, et toute la descente).
La montée au refuge en partant de la bagnole à 13H30 est délicieusement
chaude, surtout la 1ère heure particulièrement étouffante. Après, ça va
un peu mieux.
On prend la neige à peu près 100 m au dessus du refuge, les névés sont
presque continus mais quand même en pointillé : des petits bouts de
dalle, d’éboulis ou de barre commencent à les séparer les uns des autres
(le changement climatique c’est maintenant). Il est facile de les
traverser, mais ça multiplie les manips. Le regel était très mauvais :
on a pris pied sur de la neige gelée à 3100 m seulement ; heureusement,
dans la partie basse, c’est du névé, ça porte bien ; on patauge un peu
au milieu seulement.
En haut, la vue était superbe ; un nouveau lac glaciaire est apparu au
pied de la face Nord (versant Lavey) ; nous étions seuls sur la cime ce
mercredi.

Yann

3 juin : sortie Sabots de Vénus

Nous avons vu les sabots de Vénus, les bouquetins de service, les dryades
octopétales, les tulipes sauvages, les trolles, le Mt Aiguille et le
Grand Veymont. Nous avons goûté des cerises, des vins et des chocolats
divers au sommet de la Montagnette.
Nous n’avons pas échappé à la pluie, mais c’est la faute de Météo France: l’orage de 17H avait 1 heure 1/4 d’avance

Yann

Ascension 2017 : séjour Valdrôme

L’Ascension 2017 a emporté une douzaine de stdistes dans le sud-est de la Drôme

Au premier jour de notre voyage, une première randonnée a conduit le groupe sur le belvédère de Luc en Diois, dénommé Pic de Luc, mais il ressemble plus à un mamelon.

Poursuivant le trajet, un nouvel arrêt s’est imposé au Claps et Saut de la Drôme, site désormais très touristique, dont l’origine est la conséquence d’un effondrement gigantesque de la montagne en 1442 ; Amis grimpeurs, il y a de jolis blocs pour user les chaussons et la Drôme au pied, avec le caleçon bien entendu.

Une fois installé au joli village de Valdrôme, au gîte de l’Oustaou, confortable et bien nourri, le groupe a enchaîné 2 longues et belles balades d’environ 1000m D+ et 17km :

Montagne de l’Aup suivi du Duffre et du Bonnet Rouge le vendredi, avec en cadeau une petite harde de chamois peu sauvage

Crête de Tarsimoure le samedi,

Le dernier jour a permis de visiter les sources de la Drôme, site en revanche très modeste, et d’effectuer une belle échappée à partir du hameau Chamel jusqu’au sommet de Banne et son superbe point de vue.

En définitive, un séjour dans un beau pays de collines, qui nous change des sentiers d’altitude, avec tout de même quelques cheminements escarpés, des planeurs silencieux, savoir des vautours majestueux, et une orchestration florale magnifique avec notamment des gentianes bleues en toute puissance, et, pour la première fois pour la plupart des participants, des éclatantes pivoines sauvages.

Sortie organisée par Daniel

28 mai : Boucle cascade de la Pisse et plateau d’Emparis au départ des Aymes

Nous étions quatre pour faire une jolie boucle à
partir des Aymes (hameau de Mizoën) : départ par le sentier du bas,
montée au plateau des Clots, arrêt à la mare (bien aménagée avec
passerelles d’observation des têtards et des sangsues) ; on passe
ensuite devant le refuge des Clots, mais on ne s’y arrête pas car ce
n’est pas l’heure du café ; on monte directement à la cascade de la
Pisse, et on s’arrête à la grosse source pétrifiante, où
on évite de se tremper pour ne pas être transformés en caillou ; ensuite
plateau d’Emparis, très bien pour déjeuner, et retour par le sentier du
haut et un autre vallon, avec des ruines de haberts en pierre, très jolis
aussi. Il y a beaucoup de bouts de sentier taillés dans les schistes
illustrés, et des orchis militaires et civils, dans cette balade.

Yann