28 février : Pointe du Sciallet en raquettes

Départ du Rivier d’Allemont, parking déjà presque plein à 8h30. On part raquettes sur le sac. Montée dans le bois de plus en plus enneigée (et verglacée!), on finit par mettre les raquettes pour ne pas glisser.

On côtoie 2 groupes de skieurs/euses dont un qu’on reverra au sommet, mais finalement peu de fréquentation dans ce vallon. A la pointe du Sciallet, un magnifique chien qui a dû faire trois fois le dénivelé au moins court d’un groupe à l’autre. On ne reste pas trop longtemps à cause du vent, et on redescend vers le sud pour pic-niquer sur un rocher sec, dégustation des « merveilles de la montagne » qui méritent bien leur nom. Descente « dré dans l’pentu » dans de la neige déjà bien molle, qui ne fait pas trop regretter les skis. Et dans le bois plus aucun regret de ski du tout!

Merci Daniel d’avoir commandé cette tempête de beau temps.

Jacques M

28 février : Sortie aux Portes de Montmélian

Nous étions 6 à prendre le soleil aujourd’hui dans la combe de Bridan jusqu’aux Portes de Montmélian. Déjà beaucoup de monde ce matin au départ, dont de nombreuses caravanes qui se rendaient au Rognolet. Ca chausse dès le début, mais pour combien de temps encore?

La montée se fait sans encombre sous un beau soleil. Couteaux utiles au début mais pas indispensables. Une fois arrivés au bout, nous avons pu admirer la Vanoise ainsi que le Mont Blanc. Mais pas longtemps car l’air était bien frais à cet endroit-là !  Pour la descente la neige était plutôt pas mal. On est loin de la neige de printemps bien lustrée, à cause de la fréquentation, mais c’était bien agréable quand même. Surtout qu’il y a de la place dans ce vallon…

Les heureux du jour :
François B., Dominique C., Bénédicte B., Béatrice B., Lionel P. et moi-même.

Eh oui, il s’en est fallu de peu pour qu’on fasse une sortie 100% féminine!
D’ailleurs Lionel a été extrêmement sage aujourd’hui, on l’a à peine entendu…

Sonia

24 février : Raquettes sous le Tabor de Matheysine

Départ de St Honoré 1500 en descente, raquettes sur le sac, pour rejoindre le bas de la combe des Tibannes où on chausse, pour remonter ladite combe jusqu’au lac de Charlet, puis le col de l’Ouillère, passage un peu olé-olé sur les 2 derniers mètres. Comme il n’y a personne d’autre que nous trois (et un randonneur à ski vers le Tabor), on descend les pistes de la station du Grand Serre, où on trouve une petite pelouse sèche sur une colline, idéale pour pic-nique (et sieste!). Retour par le même col, et la piste de rando dans la neige qui commence à ramollir mais reste bien dure sur les faces nord et de belles plaques de glace sur le sentier sous les arbres.

Entre le départ et le lac Charlet, il y a plus de traces de piétons que de ski/raquettes! Et curieusement, il y a un domaine immense sur les pistes de l’Alpe du grand Serre, avec très peu de traces, et de la moquette à poil variable; un spot original pour le ski de rando à écouvrir?

Merci Daniel pour cette journée de soleil (et la petite bière finale!)

Jacques et Noëlle

14 au 16 février : Sorties en Beaufortain

La STD n’ayant provisoirement plus le droit d’organiser des séjours pour se conformer aux directives gouvernementales et fédérales, quelques adhérents ont souhaité se retrouver quelques jours pour profiter de la neige et du soleil.
Voici ce qu’ils ont pu faire:

14 fev: Combe Bénite. Départ du pk du téleski de Granier alt 1400m C’est jour de procession. Plus de 100 personnes ont dû faire le sommet ce jour-là. On monte par l’itinéraire normal. On est 6: un des groupes fait l’aller-retour pour récupérer un casque qui a dévalé tout en bas de la traversée sud, vers Pra Plan. Avec mes deux partenaires, nous rentrons par le versant Ouest: On y retrouve la tranquillité. La grande pente ouest de départ est excellente. Passage par le hameau de la Pesée puis par la piste jusqu’à l’Oratoire 1308, en neige continue jusqu’au bout. D+: 1335 m

15 Fev: Pte de Cerdosse. Départ du parking des Pars alt 1400m. On lâche l’itinéraire du Col de la Charbonnière pour grimper au Collet, pile entre le Col de Charbonnière et celui du Mt Rosset. C’est le four! Après la cuisson, on bascule nord et on retrouve une bonne fraîcheur jusqu’au sommet. Descente Nord excellente, en bonne poudre jusqu’au Refuge de la Balme. La glisse est bonne dans le vallon de l’Ormente; la séquence de pousse bâton vers les chalets Forrand est réduite au minimum. D+ 1205m

16 Février: Antécime 2480 de la pointe de Portette.
Départ du pk des Pars alt 1400m. Ce matin, la température est de + 1,5°; la veille, elle était de -7,5°. On remonte l’itinéraire du Col de la Charbonnière sur une croûte de regel fragile comme une coquille d’oeuf. On le lâche sitôt passé les contreforts de Rocheboc vers 1900. Un beau vallon en S passe au pied des 2 couloirs N de Rocheboc et ramène directement au Col de Portette 2280. Il y a quelques raideurs à 35° mais globalement, ça passe tranquille. De là, on remonte la magnifique épaule Est. L’air est trop doux, la neige se dégrade à vue d’oeil. On arrête au replat à 2480. Il est possible de grimper plus haut, jusqu’au pied des rochers à 2530 mais les conditions de neige ne le permettent plus. On se déballe sans demander notre reste. Neige soupeuse à la descente mais pas pire, finalement. D+ 1082m

17 Février: Le Mont Coin. Montée par la route du Cormet d’Arêches, longue, infiniment.
A Plan Pichu, on attaque enfin la grimpette. Il fait une chaleur féroce dans tout ce flanc sud et on va y laisser quelques cartouches.
Descente superbe derrière, en bonne poudre dans le couloir NE. On partage un moment d’euphorie. Repeautage pour 150 m de remontée dans du sucre semoule jusqu’au col du Coin.
Descente vers Plan Pichu assez décevante. La neige est croûtée dès qu’on s’écarte de l’orientation sud. Elle n’est pas franche du collier, il faut s’accommoder de ses traitrises. L’ombre et le regel sont déjà revenus dans le vallon du Cormet d’Arêches. La piste est un entrelacement de rails de chemin de fer. D+ 1300m

18 février: Crêt du Rey
Départ de l’Oratoire 1308m au dessus de Granier. Montée par la Pesée, Véman, le fruit et Césery. La pente sud est tracée, tant mieux! On largue les skis 20m sous la crête. Je taille une grosse baignoire pour héberger le groupe, on enfile les crampons pour le final.
Descente par le Col de Corne Noire et le vallon de la Pouprezaz. Une partie du groupe préfère rentrer par l’itinéraire de montée. Ils bénéficieront d’une neige transfo bien revenue et se feront bien plaisir. Quant à nous, à part 300m de poudre dense pas désagréable au départ, le reste est décevant: traffolé, irrégulier, parfois croûté. Heureusement les rails de chemin de fer de la veille se sont ramollis à la Salvador Dali et la route du Cormet d’Arêches est devenue caressante. D+ 1342 m

19 Février: pointe de Dzonfié. Aujourd’hui Monique et Marie se sont jointes à nous. Montée partiellement sur neige dure mais avec un bon grip, et un peu de neige froide occasionnant du bottage.
Descente parfaite sur velours déjà un peu chauffé. Piste forestière irrégulière, très trafolée mais skiable. D+ 1275 m

14 février : Raquettes entre les brèches des lacs Robert

Départ de Casserousse et sa piste déjà bien garnie de randonneurs que
nous abandonnons aussitôt pour emprunter le sentier de la crête des
Ramettes. A la sortie des bois, avalanche de soleil et de ciel bleu sur
les massifs environnants. Descente dans la poudreuse, petit détour au
passage pour découvrir deux grottes dans la falaise, puis nous traçons à
travers bois pour rejoindre le sentier menant au lac des Pourettes. Du
lac, nous prenons plein Est pour atteindre un joli vallon sauvage en
surplomb de la procession de randonneurs sur le chemin de la brèche
Nord. Pause déjeuner, (miam-miam gâteau au chocolat de Laurence). Montée
à la brèche où les brumes voilent les Vans et les lacs Robert. De là
nous plongeons vers le lac pour remonter par un petit col entre brèche
Nord et brèche Sud, aucune trace sur ce versant un peu raide qui nous
ramène sur le chemin des Pourettes. Superbe journée, merci Daniel!

Noëlle

14 février : Col de l’Aigleton

Partis sous un ciel sans nuage et des forêts saupoudrées délicatement de
sucre glace, nous montâmes les interminables kilomètres de route
enneigée de Prabert, avant d’aborder la vraie montée, dans les bois
d’abord, puis au soleil vers le habert (qu’on voit danser…)
d’Aiguebelle. On bifurque alors sur la combe de la Jasse que nous
quittons pour attaquer les pentes plus raides de l’Aigleton. A cette
heure, il y avait encore quelques arpents de terrain non traffolés, où
nos accompagnateurs émérites purent faire (ou faire faire) la trace. On
tombe la polaire,le bonnet et les gants dans le dernier raidillon, mais
on recappelle tout ça, plus l’anorak en haut du col happé par le
brouillard qui ne nous permet que par courts instants d’apercevoir le
départ de la dent du Pra.

La descente commence par le versant Est, mais on repasse rapidement sur
le versant Ouest, moins crouté mais plus fréquenté. On signe de nos
sinusoïdes quelques champs vierges oubliés, pour se retrouver sur la
terrasse du habert et casser la croute. La descente dans la forêt se
révèle moins laborieuse que prévu, la neige étant bien protégée pas les
arbres. Ensuite, on se laisse tranquillement descendre sur la route,
pour s’apercevoir que les voitures sont recouvertes de neige tombée des
arbres puis regelée.

Merci à Dédé et Thierry pour cette bonne journée.

PS1: on était 9, mais en plusieurs groupes

PS2: Ça ne faisait pas « 1000m environ » comme annoncé, mais 1200!

Jacques Meyer

6 février : tour en Belledonne

Sortie du samedi 6 février : brèche 2259 sur le creton du Petit Van, en passant par la brèche Sud des Roberts et le col de la Lessineuse ; retour par le col de la Botte, le col des Fontaines et la Croix (grand vent du Sud sur toute la remontée, monstrueux entre le col des Fontaines et la Croix) ; entre 1050 et 1100 m de dénivelé au total ; assez bonne neige dans la descente de la brèche 2259 jusqu’au dessous (Sud) du col de la Lessineuse ; très bonne neige de la Croix au parking de Casserousse ; Thierry C a fait la trace de la brèche Sud des Roberts (non tracée quand nous sommes arrivés).

Yann

Mardi 26 janvier : Grand Rocher – 1926 m (skis)

D+ 1 000 m – depuis col du Barioz – 5 participants

Un bon enneigement nous a permis de chausser les skis dès le col du Barioz sans avoir à monter jusqu’au foyer de ski de fond.

La montée se fait d’abord dans la vaste prairie de Pré Farme, puis emprunte un chemin en sous-bois jusqu’à atteindre la bergerie de Pierre Roubet.

A partir de là soleil à gogo mais beaucoup de monde. Cependant ce versant du Grand Rocher est vaste et les randonneurs peuvent se disperser.

Les panoramas bien dégagés sur Belledonne coté Est et sur Chartreuse coté Ouest sont toujours spectaculaires.

Une excellente poudreuse nous invite à du tricotage sous le sommet. Nous nous laissons tenter. Nous ne le regretterons pas !

Pour le retour un grand choix d’itinéraires s’offre à nous. Mais à partir des pistes de fond nous nous séparons en deux écoles : les plus sages par une large piste (un peu monotone), les téméraires par le chemin de montée (plus sportif).

Nous nous retrouvons à l’orée de la prairie de Pré Farme et terminons par de beaux virages jusqu’à la voiture.

Jean-Louis C

Lundi 18 janvier : Le Baconnet – 1808 m (skis et raquettes)

D+ 600 m – depuis Chauplane – 8 participants

Après une courte descente brumeuse depuis la route de Gresse nous traversons le hameau de Chauplane figé dans le froid et des congères.

Mais le soleil se dévoile et ne nous quittera pas de la journée. Montée au Rocher des Chaux en alternant bois, clairières et croupes.

Descente presque seuls dans de belles combes bien enneigées.

Jean-Louis C

Samedi 16 janvier : Crête de La Molière – 1686 m (raquettes)

D+ 800 m – depuis Les Jaux – 5 participants + 1 rencontre surprise au sommet

Une  longue boucle variée à souhait, traversant les belles prairies des Merciers et de La Molière.

Casse-croûte au Pas de Bellecombe – crêtes jusqu’au Pas de l’Ours et descente sur le refuge de La Molière puis vers les Merciers à travers bois

Jean-Louis C