14 février : Col de l’Aigleton

Partis sous un ciel sans nuage et des forêts saupoudrées délicatement de
sucre glace, nous montâmes les interminables kilomètres de route
enneigée de Prabert, avant d’aborder la vraie montée, dans les bois
d’abord, puis au soleil vers le habert (qu’on voit danser…)
d’Aiguebelle. On bifurque alors sur la combe de la Jasse que nous
quittons pour attaquer les pentes plus raides de l’Aigleton. A cette
heure, il y avait encore quelques arpents de terrain non traffolés, où
nos accompagnateurs émérites purent faire (ou faire faire) la trace. On
tombe la polaire,le bonnet et les gants dans le dernier raidillon, mais
on recappelle tout ça, plus l’anorak en haut du col happé par le
brouillard qui ne nous permet que par courts instants d’apercevoir le
départ de la dent du Pra.

La descente commence par le versant Est, mais on repasse rapidement sur
le versant Ouest, moins crouté mais plus fréquenté. On signe de nos
sinusoïdes quelques champs vierges oubliés, pour se retrouver sur la
terrasse du habert et casser la croute. La descente dans la forêt se
révèle moins laborieuse que prévu, la neige étant bien protégée pas les
arbres. Ensuite, on se laisse tranquillement descendre sur la route,
pour s’apercevoir que les voitures sont recouvertes de neige tombée des
arbres puis regelée.

Merci à Dédé et Thierry pour cette bonne journée.

PS1: on était 9, mais en plusieurs groupes

PS2: Ça ne faisait pas « 1000m environ » comme annoncé, mais 1200!

Jacques Meyer

Laisser un commentaire