19 mars : col de Menou

Dimanche matin, nous étions quand même 9 pour tenter l’aventure de monter
au col de Menoux, dans la Grande Matheysine Sauvage. Il faisait doux, il n’y
avait pas de regel, et nous étions les deux seules bagnoles, aux Faures,
en bas du vallon de Malentraz (1064 m).

Nous avons trouvé la neige et chaussé à 1370 m d’altitude, mais 30 m plus haut,
il y avait une petite interruption (cailloux et ruisseau). Donc, nous avons chaussé
pour de bon à 1400 m d’altitude (et aussi déchaussé au même endroit à la descente).
Aucune trace de skis devant nous, seulement la vieille trace d’un petit troupeau de
raquetteurs. Un peu plus haut, vers 1550 m, avant le plateau de la
cabane, le sentier devient étroit entre les arbres ; on a bien essayé de
monter dans une clairière, mais au dessus, la forêt d’épicéas devient
très dense et pleine de gros cailloux, impraticable. Nous sommes revenus
sur le sentier, qui est entouré de blocs et d’arbres, et sur lequel il y
a des cailloux affleurants (très moyen cette année, où il n’y a pas
beaucoup de neige). Un peu après la cabane, nous sommes entrés dans le
brouillard, et nous avons continué à peu près au milieu du vallon,
toujours en direction du Sud.

Heureusement, Dieu a corrigé le TP assez vite, au bon moment, pour nous permettre
de voir le passage raide, avant d’être coincés par les vernes. Un tout petit
passage entre les vernes, et nous voilà sur le pied du plan incliné, pas raide,
qui monte vers le passage raide. Mise en place des couteaux, car, à partir de ce
point là, c’est très bien regelé et tôlé. Après le passage raide (qui commence
déjà à déneiger), ce sont les grandes pentes, en très bonne neige bien
regelée, mais pas trop dure pour autant, qui conduisent le troupeau par
bosses successives jusqu’au col de Menoux. Quentin avait un quart
d’heure d’avance et a fait le tour des crêtes. A la descente, la neige
était excellente jusqu’à la moitié du passage raide. En dessous, c’était
lourd et profond jusqu’à atteindre le fond du vallon. Heureusement, le
fond du vallon portait mieux, et nous avons fini honorablement à tourner
entre les petits arbustes qui poussent sur le chemin.

Yann

Laisser un commentaire