9 février : Tête Noire

Hé oui, merci à Météo France qui avait promis le soleil derrière le Lautaret, alors qu’il pleuvait sur Grenoble.
Du coup nous étions seuls à en profiter pour une Tête Noire toute en beauté. Les jeunes ont tracé comme des chefs : Thierry d’une régularité exemplaire et Lionel en grande forme. Je passerai sous silence l’état des vieux après le repas gastro de la veille au soir !
Quant à la descente dans la neige lourde, souvent croûtée, elle ne fut pas d’anthologie…
C’est sûr, on reviendra !

Jean-Louis

3 et 4 février en Beaufortain

Ce Beaufortain nous a encore enchanté , pourtant ce n’était pas engageant le premier jour.
Le mauvais temps était bien annoncé et le BRA était au plus fort… donc le Grand Mont a été reporté à une prochaine fois.
C’est en partant à ski d’Arêches en suivant le torrent du Poncemallont en passant par le hameau du « Le Mappa » que nous avons fait route pour « les Colombières et les Bouchets (chalets d’alpage sous La Parstire). Beaucoup de neige (50 à 60 cm de fraiche) la trace étant faite nous n’avons pas trop souffert à la montée , par contre pour la descente ce fut une autre histoire…c’était excellent mais il fallait attaquer car l’épaisseur était de mise.
Après une descente honorable nous regagnons notre gite par la navette de 16h45 pour le Planay (centre de vacances du Rafour) mais avant ça une petite Halte pour une petite « Pietra et chocolat) chez Dédé s’imposait.

Le lendemain c’est en direction de la Légette du Mirantin sous la cote 2000 (Celle-ci est toute belle , pas une trace…. les locaux sont de sortie mais restent bien prudents) que nous allons y trainer nous guêtres et il fait grand beau. Cette fois-ci nous partons à ski depuis notre hébergement. Nous rejoignons Plan Villard dans un premier temps en louvoyant entre les Chalets d’alpage et ensuite nous sortons de l’itinéraire normal pour faire une belle trace sur une route forestière que personne n’empreinte. C’est un plaisir d’ouvrir la route devant soi …. nous nous relayons… il y a vraiment beaucoup d’or blanc. Nous rattrapons un peu plus haut les nombreuses traces de l’itinéraire normal.
Ensuite une petite descente coté Nord sous le col de Rocheplane , neige de cinéma comme on dit , ça tourne tout seul.
Puis repeautage pour rejoindre pour une petite arête au-dessus des chalets d’alpage « les Blottières » et enfin une descente d’enfer jusqu’à Arèches d’où nous reprenons la navette et bien entendu sans oublier un deuxième passage chez Dédé.
La voiture n’a pas bougée des deux jours.

Merci à Laurence,Thierry et Pascal de ces bons moments passés ensemble.

DD

27 janvier : Crêtes de Brouffier

Toute l’équipe inscrite (9 personnes) pour la sortie de ce jour était présente au rdv ce matin à 8h00 malgré un mauvaise météo annoncée.
Prévue initialement en Beaufortain la ballade s’est déroulée finalement aux crêtes de Brouffier. Nous n’avons pas pu mettre les pieds au-dessus de 2100m , à la sortie de la combe un vent glacial nous attendait.
Le groupe ne s’est pas fait prier pour depeauter…
Une descente dans une poudre excellente bien qu’étant déjà un peu brassée par beaucoup de passage de randonneurs, nous nous sommes tout de même fait plaisir … même dans la forêt c’était l’éclate(dixit Denise).
Nous avons fini notre ballade au chaud à la station avec de bons gâteaux.
A bientôt sur les skis.

DD

26 janvier : Pointe de Combe Bronsin

Avec Béatrice G.-R. et Emeric P., nous étions hier au Biollay. L’enneigement n’était pas exceptionnel sur les prés orientés sud-est qui surplombent la D213 mais sur la piste qui marque le début de la rando, la couche était bien là. Nous sommes donc parti à ski du hameau en direction de la combe de Colomban. Une température moins glaciale que les jours précédents, un très bon enneigement dans la combe et au dessus, nous ont assurés une montée plus qu’agréable. Les dix derniers mètres se sont négociés à pied, le pentu final ayant été durci par le vent.

A la descente, nous avons louvoyé dans une poudreuse en cours de tassement avec quelques passages poudre légère dans les zones moins raides. En langage skitourien, ça allait du 3 au 5 étoiles ! Un peu de monde dans les vallons, des vieux des jeunes et deux skieurs (ou skieuses) sur la pointe de Colomban par le couloir oriental.

A bientôt

Christian

18-20 janvier : Week-end initiation et perfectionnement

Le traditionnel et premier WE de la saison de ski de randonnée s’est déroulé dans le Champsaur. Le groupe, composé de 19 participants, dont 4 encadrants, s’est installé au gîte très sympa, Le Bonhomme de neige à Saint-Jean-Saint-Nicolas à quelques km de Pont-du-Fossé et la route conduisant à la station d’Orcières-Merlette.

Comme d’habitude, le samedi a été consacré à divers exercices de maîtrise de la descente sur les pistes de Chaillol. Les sorties de « route » n’étaient pas autorisées car toutes les pentes étaient dégarnies, cependant on peut souligner l’efficacité de l’enneigement artificiel et l’excellente préparation des pistes par cette petite station des Hautes Alpes. D’une saison à l’autre tout est différent, puisque l’année dernière les canons à neige n’avaient pas été utilisés de la saison !

Ce samedi a été aussi l’occasion de mettre les participants, par groupe de 5, face à une situation d’accident d’avalanche avec 2 victimes ; il est rappelé que l’apprentissage et la révision de l’utilisation de son DVA avaient fait l’objet de plusieurs actions de formation en fin d’année, tant théoriques que pratiques, dès lors il s’agissait là de travailler beaucoup plus la gestion de la situation avalanche, avec la répartition des rôles, la communication, etc.

Quant au dimanche, les touristes sont allés randonner à partir d’Archinard en direction de la Petite Autane, l’objectif étant de « tester » quelques stdistes dans la conduite de la trace et la gestion d’un groupe.

De l’avis de tous, un WE de début de saison très agréable sous le beau soleil des Alpes vraies.

Jacques P

19 janvier : Les Riondes

Nous n’étions que quatre, car finalement Daniel a dit « moi j’aime pas les Riondes ».
A la montée et à la descente, le chemin en passant par la prise d’eau
à 1400 m est une bonne option, au prix de 25 m de dénivelé en plus dans
les deux sens, mais c’est pas grave vu que c’est du plat. Le milieu de la
combe, après la traversée du ruisseau (on déchausse comme l’année dernière,
toutefois avec beaucoup moins de hauteur de neige sur la passerelle), est plein
de cailloux plus ou moins gros et plus ou moins enfouis sous la surface du
blanc manteau. Un peu plus haut, sous la bifurcation vers le lac de Crop,
c’est l’enfer verne ; la scie et le coupe-branches doivent faire partie
de l’équipement du randonneur ; heureusement Trottinette a trouvé un
passage en suivant plus ou moins des vieilles traces de descente qui
paraissaient elles-mêmes suivre le sentier d’été. Le haut était très
bon, à la montée comme à la descente (excellente poudreuse non tracée ;
on était les premiers dans la combe du haut !).

Yann

12 janvier : Col de Porte

Nous sommes partis de la prairie du col ; nous
n’avons pas osé partir du pont des Cottaves. A notre arrivée à 9H, il y
avait 10 ou 20 bagnoles, mais elles arrivaient à cadence cadencée comme
des cars de touristes au Mt St Michel. La route est damée en piste de
ski de fond mais pas de problème pour y passer en ski de rando. Nous ne
sommes pas allés plus loin que le haut du télésiège, à cause de la
grosse bise. En haut, la neige était excellente dans le bois à côté de
la piste du télésiège (côté droit en descendant), et plutôt bonne (en
quantité suffisante bien que labourée) sur la partie basse. Nous sommes
descendus jusqu’à la gare du bas, et nous sommes remontés par le chemin
qui longe le ruisseau (beaucoup de cailloux cachés sous la neige,
beaucoup de petits ruisselets à traverser, heureusement qu’il y a de la
glace). Au retour au parking vers 12H30, il y avait des bagnoles partout
(un seul mot d’ordre, camarades : sauvons-nous vite de là).

Yann

10 janvier : L’Orionde

A l’Orionde trois retraités et une rttiste on testé pour vous aujourd’hui la dernière livraison de neige (5 à 15 cm seulement).
Route forestière goudronnée : skiable à partir de 1200 m
Chemins en forêts de conifères : nul et inskiable de partout
Passages en forêts de feuillus : ça passe mais attention aux requins, branches basses, etc…
Combes dégagées : excellente poudreuse sur fond dur
Arêtes et croupes ventées : dur mais pas trop
Il y en avait donc pour tous les goûts !

Jean-Louis

6 janvier : Croix de Chamrousse par le lac Achard

Tout d’abord bravo à nos amis qui sont allés affuter leurs carres dans le vallon de la Jasse.

Quant à nous l’objectif était plus modeste la Croix de Chamrousse mais tout de même une bien belle journée au-dessus des nuages. Nous étions 14, plus exactement 4 raquetteurs encadrés par Daniel et 10 skieurs encadrés par Dédé et moi-même

Partis du télésiège de Bachat nous avons rejoint le chemin balisé ski de rando (départ du centre moto-neige), que nous avons suivi jusqu’à la côte 1940m, là nous avons obliqué pour rejoindre d’abord les lacs Achard puis le col de l’infernet. Globalement pour monter nous n’avons éventuellement déchaussé que 2 fois pour de courts passages. Baignés de soleil et bien abrités la pause casse-croûte a permis de déguster de nouvelles et nombreuses recettes de gâteau !

Pour les 200 derniers mètres, laissant à main droite le chemin classique filant vers le col de la Botte, nous avons pris « tout droit » vers la Croix dans les belles pentes situées entre le versant des Rochers de la Perche et le départ de la via ferrata des 3 fontaines. La descente s’est faite par les pistes de Roche Béranger, pistes certes avec des plaques de glace mais aussi des bordures poudreuses.

De l’avis de tous, une belle balade de proximité qui se déroule, tout en étant proche de la station, dans une ambiance naturelle superbe avec en plus de nombreuses variantes.

Jacques et Dédé