20 octobre : Croix du Léat

Nous étions quand même six pour essayer de monter au chalet du Vay par
le sentier perdu que Trottinette avait pratiqué il y a fort fort longtemps.
Las, la draye descendant du col du Pertuis a fait totalement disparaître le
départ, et même au dessus, en regardant d’en face à la jumelle, on ne devine
plus aucun sentier, jusqu’en haut de la gorge, à 200 m sous le chalet (c’est
le seul point d’eau du chalet).

Donc nous n’avions plus qu’à appliquer le plan B, soit faire la boucle
Gleyzin -> refuge de l’Oule -> Croix du Léat -> chalet du Bout. Nous
n’avons pas eu trop de vent sous la face Nord des Portes d’Eglise, et
nous n’avons pas regretté la visite aux sapins Henri II (ou Henri IV, ou Henry VIII,
je ne m’y connais pas trop en style de sapins) et le goûter au chalet du Bout,
la brioche, les gâteaux et le genépi. Il y a eu un gros effondrement de rochers
juste sous le sommet du Charmet de l’Aiguille, très récent car la neige est
absente de cette partie de la face Nord.

Yann

6 Octobre : Grands Moulins en traversée

Très belle randonnée proposée ce 6 octobre par Jean-Louis à l’extrémité nord du massif de Belledonne, les Grands Moulins en traversée.

13 stdistes au départ (8h45) et à l’arrivée, toujours 13 (15h30).

Nous étions donc en pays de Savoie pour cette randonnée engagée depuis Val Pelouse, siège d’une ancienne et petite station de ski, terminus de la route, environ 15km au-dessus de La Rochette.
Montée d’abord par la belle croupe, dénommée la Montagne d’Arvillard, jusqu’au pied de l’arête Nord-Ouest atteinte vers 2000m puis attaque dans la face par une sente qui se faufile dans les blocs, souvent raide avec quelques passages verticaux, une sente quelque peu humide ; un parcours certes exigeant mais au final une progression efficace, sans danger majeur qui nous a permis d’atteindre le sommet (2495m) en moins de 3h. Une montée avec des éclairages magnifiques tant les rayons du soleil étaient nimbés de fines lames de brouillard.

Après la pause déjeuner au sommet qui mérite le détour pour le splendide panorama du Mont Blanc aux Aiguilles d’Arves, des Bauges à La Charteuse, descente par la face sud et son sentier de randonnée sans difficulté même si là-aussi la pente reste soutenue jusqu’aux zones de pâture.

Lors de cette descente, vers 1900m, Trottinette et Yann nous font découvrir une plante que l’on ne trouve, autour de Grenoble, que dans cette partie du massif de Belledonne, la gentiane asclépiade. Pour terminer, petit arrêt au refuge de La Perrière (1832m), refuge communal en accès libre qui semble bien fréquenté, et retour tranquille aux voitures (descente en 2h30 environ).

jacques

29 septembre – Le Taillefer

Nous étions 8 joyeux stdistes ce dimanche au Taillefer, parmi les
nombreux randonneurs qui tentaient de s’abriter du vent derrière les
cailloux sommitaux.
Montés par le lac de Brouffier, crête de Brouffier,
Petit Taillefer, et descente par le lac de l’Emay (seule Pascale s’est
baignée dans l’eau glacée) et Pas de la Mine. Vent et soleil toute la
journée, et belles couleurs d’automne.

Les jolis cailloux que nous avons piétinés sont des gneiss leptyno-amphiboliques,
puis des micashistes et conglomérats vers le sommet, avec des restes de couverture
sédimentaire (dolomie) par endroits (col du grand Van), d’après le site GEOL-ALP.

Anne