23 Juin : Rocher de l’Ours et La Main – Vercors

Sortie de ce dimanche sous la houlette de Daniel qui nous a fait découvrir quelques curiosités géologiques.

Christian

 

16 Juin : Carrières romaines – Vercors

Nous étions 7 stdistes pour affronter la bise et les nuées au Pas de l’Aiguille, puis lors la traversée du plateau de Peyre Rouge.

Mais le soleil nous attendait à la Carrière Romaine, notre objectif. Juchés sur leur piédestal certains se sont pris pour César, d’autres pour Vénus… mais passons !

Pour la majeure partie de ce parcours, et jusqu’au Pas de la Selle, nous avons utilisé au mieux des petites sentes désertiques à peine visibles, mais cairnées.

Retour par le Col de l’Aupet et descente sur Richardière, suffisamment fatigués pour apprécier la terrasse du « Gai soleil du Mont Aiguille ». Un sympathique dimanche.

Jean-Louis

 

8 et 9 Juin : WE initiation alpinisme

Nous étions 7 membres de la std ainsi que Philippe L. et moi même avec Philippe notre guide pour aborder et réviser les différentes  techniques de progression avec piolet et crampons, d’encordement sur glacier, d’assurage, de franchissement de corniche, en mouvement , faire des anneaux de buste version glacier, faire un corps mort, enrailler la chute d’un équipier, se soulager au fond d’une crevasse et même tester la remontée sur corde fixe. Mais aussi progresser en version rocher, avec les anneaux à la main, réaliser un  noeud de cabestan à une main, faire un demi cabestan. Bref, le programme a été complet et l’ambiance bien sympathique sur le terrain et au gîte aux fréaux.

Bénédicte

31 Mai : Sortie animal

Nous avons fait la boucle Pont de Valombre -> le Collet -> sommet du Charmant Som -> point 1729 -> Chamechine -> fontaine de l’Oursière -> col de la Cochette -> Malamille et retour à la voiture (1300 m de dénivelé). Déjà, au Collet, nous avons pu apercevoir en face quelques Rupicapra cartusiana nonchalantes et le troupeau des mouflons mâles, la moitié broutant dans la prairie et le bois, l’autre moitié se reposant dans le pierrier. A la redescente du sommet, après le point 1729, plus personne dans les cailloux (faut dire qu’il y a encore des névés assez conséquents dans le couloir du Charmant Som). Après la remontée à Chamechine, à partir du début de la descente du plateau du haut, on entend « bêêêh » dans le lointain, et… un peu plus bas, y’avait de beaux troupeaux, les prairies étaient pleines de brebis et d’agneaux.

Yann.

26 Mai : Pas de la Lauze

On a eu plusieurs fois le soleil, le vent et le brouillard, on a un peu marché dans la neige, on a vu plein de gentianes mais pas un chamois, la neige au fond du trou, les orchis civils et militaires, et Anne a trouvé deux morilles parce qu’on était très silencieux.

Yann.